La voie des âmes de Laurent Scalese. Florine Baudry.

 « Et il avait vu. Les instants précédant sa mort. Après ça, il avait occulté. Les ténèbres de l’inconscient avaient enseveli ce souvenir. Jusqu’à ce qu’il devienne flic. Sur une scène de crime, il avait commis l’erreur de toucher la victime à main nue. C’était la deuxième fois qu’il avait un contact physique avec un mort. » Richard Neville est un flic comme il en existe des centaines a un détail près : il peut entrer en contact avec les victimes et voir leurs derniers instants de vie. Un dilemme va changer le cours de son existence : sauver sa femme, Clara, de la mort ou sauver l’humanité ?

Entre surnaturel, histoire d’amour et thriller, l’oeuvre de Laurent Scalese se lit frénétiquement, dans l’urgence, à n’importe quel moment du jour ou de la nuit. Si tu crois pouvoir sortir indemne après la lecture de ce chef-d’oeuvre, ne le commence pas. Mais si tu es quand même curieux et bien fonce, avale les 800 pages que tu ne verras pas défiler. N’oublie pas ta boussole pour te repérer dans le complexe schéma New-Yorkais, aux innombrables rues. Si tu « ne connais pas New York [tu seras peut être] complètement « perdu » : perdu c’est vraiment le mot juste : toutes ces indications de rues, d’avenues… ».

Il est vrai qu’il n’est pas évident de se repérer géographiquement et encore moins temporellement lorsqu’on passe du monde des vivants à celui des âmes perdues. C’est ici l’un des seuls défauts du livre, en plus d’être parfois trop fantastique pour certains lecteurs. Si tu n’aimes pas le fantastique, comme moi qui étais (oui, car ce livre m’a fait changer d’avis) loin d’être une amatrice du genre, et bien justement je te conseille de lire ce mélange entre le roman policier et le surnaturel.

Tu dois te dire, en quoi CE roman m’a fait changer d’avis ? Je pense qu’il a su allier un équilibre parfait entre le réel et l’imaginaire (parfois totalement absurde mais c’est une fiction et on le sait dès le début). Oui, c’est totalement improbable que le mal en personne soit matérialisé par la beauté improbable de Nancy, le personnage qui tient tout le récit, qui mène le destin de Neville. Comment peut-elle s’immiscer dans les corps des humains ? Comment survit-elle depuis des millénaires ? « Pour faire simple, l’espace et le temps se divisent en une multitude de dimensions, dont celle où nous sommes en ce moment, développa-t-elle. Elles sont indépendantes les unes des autres. Chacune a son passé, son présent et son futur […] Les dimensions spatiotemporelles sont comparables à des droites parallèles, elles ne se rencontrent jamais. Moi seule ai le pouvoir de vous faire passer de l’une à l’autre. » Nancy

Je me suis lancée dans une course contre-la-montre, comme si au fur et à mesure du temps les lignes, les pages s’effaceraient si je n’arrivais pas à terminer le roman dans un temps imparti. Alors je te mets en garde, fait attention car tu risques d’être vulnérable, dépendent(e) de ce papier, de ces mots parfaitement maîtrisés. Tu vas devenir enquêteur sur des meurtres inexpliqués, souffrir de la perte de ta femme, hésiter à sauver le monde ou l’amour de ta vie. Tu vas manipuler, torturer des esprits pour arriver à tes fins : tu seras beaucoup de personnages à la fois, tu seras en eux mais tu les percevras du point de vue omniscient du narrateur. Tu penseras tout savoir d’eux, tu te méfieras, tu douteras de tout.

J’étais constamment poursuivit par cette oeuvre qui se faufilait dans mon sac à main sans que je m’en aperçoive, qui m’empêchait de bronzer tranquillement au bord de la piscine, qui refusait que je me couche sans l’avoir ouverte. Tu seras faible, tu céderas, toujours. Et à ce moment là tu te rendras compte, exactement de la même façon que moi, que sans le fantastique, ce livre ne t’aurais jamais tenu en haleine.

Ce livre torture les esprits, tu penses que Richard va réussir à vaincre le mal, que l’amour sera plus fort que tout. Mais dans la vie comme dans la fiction rien n’est jamais acquis, rien n’est simple. Des rebondissements, des retours à la case départ, tu vas en voir. Tu en auras parfois marre car tu penseras que ça ne finit jamais. C’est justement en ça que l’histoire tient, nous coupe le souffle, nous entraîne jusqu’à rendre addictif.

Laurent Scalese a ce pouvoir de créer des ambiances, des personnages « vraiment très réussis qu’ils soient du côté des bons ou des mauvais. Trois histoires d’amour se superposent. Certaines dysfonctionnelles. D’autres merveilleusement inspirantes. » https://cestcontagieux.com/2015/04/09/la-voie-des-ames-la-chronique-amheureuse/

Tu n’auras pas appris grand chose concernant l’histoire de ce livre à travers ces quelques lignes, mais tel est mon but. C’est à toi de découvrir cette histoire, de laisser ton imagination la façonner. Je ne peux pas te raconter avec des mots ce qui se vit seulement avec des émotions. Laisse toi emporté, le roman fera le reste.

Et maintenant, n’as-tu pas envie de voir où mène la voie des âmes ?

Florine Baudry.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s